Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

mercredi 27 mai 2015

La fénéthylline, pilule d’Allah

Info ou intox ?
 
Le « captagon » a été inventée par l'entreprise Degussa AG en 1961, pour le commercialiser en 1963 et il est depuis consommé sous forme de drogue.
C’est même une drogue populaire dans certains pays arabes, qui aurait été utilisée par des groupes anti-gouvernementaux durant la Guerre civile syrienne.
D’autant que sa fabrication est d’un processus relativement simple.
Selon Khabib Ammar, un activiste médiatique local, les groupes anti-gouvernementaux l'exportaient en échange d'armes.
On vient d’ailleurs d’arrêter un véhicule transportait 95.000 munitions à la frontière turque.
 
Le 24 juin 2009, le ministère de l'Intérieur du Qatar annonçait de son côté la saisie de ces stupéfiants – plus de 4 millions de capsules de captagon – pour une valeur marchande de 30,7 millions de dollars, et l'arrestation de trafiquants membres d'un réseau international.
C’est en réalité la « potion magique » des djihadistes.
Une information qui m’est tombée dans la trompe auriculaire le week-end dernier, celui où j’attendais que l’Esprit-Saint vienne à ma rescousse dans mes « turbinations-neuronales », mais sans succès.
Et que mes « recherches » m’ont confirmé depuis…
 
On comprend dès lors un peu mieux ce qui se passe en Syrie et en Irak. Daesh continue de s’étendre : Les djihadistes ont pris ce dimanche un poste-frontière irakien avec la Syrie après le retrait des forces gouvernementales.
« Daesh a pris ce matin le contrôle d'al-Walid, un point de passage entre l'Irak et la Syrie après le retrait de l'armée et des gardes-frontières », a déclaré un colonel de la police.
Les forces gouvernementales irakiennes stationnées à al-Walid se sont repliées temporairement vers Trebil, le poste-frontière avec la Jordanie, selon l'officier de police.
« Il n'y a plus de militaires pour assurer la sécurité du poste-frontière », a précisé Saad Jassem, en ajoutant que Daesh contrôlait à présent les deux côtés de la frontière.
Daesh avait déjà capturé vendredi celui de Tanaf, le poste-frontière côté syrien, privant ainsi le régime de Bachar al-Assad de tout point de contrôle le long de ses frontières terrestres à l'exception de ceux avec le Liban.
 
D’un autre côté, le groupe État islamique (EI) a exécuté au moins 217 personnes, dont des civils, depuis qu'il s'est emparé il y a neuf jours d'une partie de la province syrienne de Homs, qui inclut Palmyre, a affirmé une ONG dimanche.
L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a déclaré qu'il avait des preuves de l'exécution de 67 civils, dont 14 enfants et 12 femmes, et de 150 membres des forces syriennes par des djihadistes de l'EI dans plusieurs endroits de la province de Homs depuis le 16 mai, accusés d'être des informateurs loyaux au régime, selon l’ONG. 
 
« La plupart des exécutions ont eu lieu à Palmyre. Certaines victimes ont été tuées par balle, d'autres ont été décapitées ou tuées avec des couteaux ».
L'Observatoire a fourni ce bilan quelques heures après que les médias officiels syriens eurent affirmé que l'EI avait commis un « massacre » à Palmyre, tuant quelque 400 civils, la plupart des femmes et des enfants.
Pourquoi et comment tant d’horreur ?
Selon l'ONG, 600 personnes, dont des membres des forces armées, des militants pro-gouvernementaux et des civils accusés de liens avec le régime, ont été en outre capturées par l'EI au cours de son avancée.
La prise de cette cité antique de Palmyre, située à 210 kilomètres au nord-est de Damas, pourrait permettre aux djihadistes de lancer des attaques contre Damas et Homs, troisième ville du pays, estiment des experts.
Outre cette région, l'EI contrôle la majeure partie des provinces de Deir Ezzor et Raqa (nord), et a une forte présence dans les provinces de Hassaké (nord-est), d'Alep (nord), de Homs et de Hama (centre). Il est aussi maître de la quasi-totalité des champs pétroliers et gaziers de Syrie, qui lui assurent une importante source de revenus.
Rien ne les arrête plus, désormais !
Et s’ils prennent les postes frontières, plus personne ne peut les « isoler ».
 
La Syrie est aussi devenue la plaque tournante de production et de consommation du Captagon. C’est une petite pilule blanche qui permet d’oublier la douleur et la peur, très prisée en Syrie : Le Captagon est le meilleur allié des djihadistes de l’État islamique (EI).
Mais Daesh n’est pas le seul à avoir recours à cette drogue : Sur le front militaire syrien, les membres d'Al-Nosra et les soldats de l’Armée syrienne libre (ASL) l’utilisent également pour se donner du courage.
Les effets du Captagon sont multiples, à en croire un trafiquant interviewé par Arte : « Ça donne la pêche, tu te mets à combattre sans te fatiguer, tu marches droit devant toi, tu ne connais plus la peur. Les combattants l’utilisent pour veiller, pour contrôler leurs nerfs et augmenter leurs performances sexuelles. »
Et peu importe que son utilisation soit interdite par l’islam, puisqu’« aujourd’hui tout le monde s’en fiche de la religion. » 
 
Interrogé par Reuters, un officier de la brigade des stupéfiants de Homs se rappelle l'attitude surprenante des prisonniers sous l'emprise de Captagon : « On les frappait et ils ne ressentaient pas la douleur. La plupart d'entre eux rigolaient alors qu'on les bourrait de coups. »
Ce médicament était initialement prescrit pour soigner les troubles de la concentration et la narcolepsie, avant que d’être placé sur la liste des substances psychotropes de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en 1986.
Le Captagon est depuis interdit dans la plupart des pays, y compris en « Gauloisie-des-morts-vivants », où il est classé comme « produit stupéfiant » par l’AFSSAPS. 
 
Aujourd’hui, la Syrie est devenue la plaque tournante de la production et de l’exportation du Captagon, très facile à contrefaire. Jusqu’en 2011, le centre névralgique de fabrication de ce psychostimulant se situait au Liban.
Mais, depuis le début du conflit syrien, la production locale de Captagon aurait chuté de 90 %, selon un trafiquant interrogé par Reuters.
Les usines ont déménagé en Syrie, où le chaos ambiant constitue une couverture idéale. 
 
Le trafic du Captagon a entraîné la naissance d’une véritable économie de guerre, selon Radwan Mortada, spécialiste des mouvements djihadistes : « Les milices en Syrie en consomment une partie mais elles l’exportent aussi vers l’étranger, notamment vers les pays du Golfe. Les gains leur permettent de financer l’achat de leurs armes et leurs opérations militaires. »
Ainsi, « un sac qui contient 200.000 pilules rapporte 1,2 million de dollars une fois arrivé à destination ». Des bénéfices d’autant plus importants qu’il suffit seulement « de quelques milliers de dollars » pour produire une telle quantité de Captagon.
L’Arabie saoudite est particulièrement friande de cette amphétamine : 55 millions de pilules y sont saisies chaque année. Et ces chiffres ne font qu’effleurer la réalité, puisqu’ils ne représentent que 10 % des pilules en circulation dans le royaume, selon le rapport de l’Office des Nations unies contre la drogue (UNODC) publié en 2013.
Sur le marché syrien, un seul comprimé coûte entre 5 et 20 dollars. Selon George, un psychiatre syrien qui a traité de nombreux cas dans sa clinique de Lattaquié, « la consommation de Captagon s'est accrue après la révolution, y compris chez les civils, en raison des pressions psychologiques et économiques qu'ils endurent ».
 
L’essor du Captagon n’est pas étranger à l’explosion des saisies d’amphétamines dans le monde, qui ont quadruplé en l’espace de cinq ans.
Sur la seule année 2013, la police libanaise a intercepté plus de 12 millions de pilules de Captagon.
Plus récemment, à la mi-mai, le Liban s’est félicité de l’arrestation d’un baron de la drogue spécialisé dans le trafic de Captagon.
Quatre ans après le début du conflit syrien, la drogue qui stimule les combattants djihadistes et finance leur armement pourrait bien devenir le nerf de la guerre.
 
Pour ma part, j’en dis que si l’accès au paradis d’Allah et ses 70 vierges à déniaiser ne vaut que 20 dollars et un pain d’explosif, il y a de quoi en frémir d’aise.
S’ils sont tous « camés », il va falloir passer à la vitesse supérieure, parce que plus rien ne les arrêtera.
D’ailleurs, « ils » ne s’arrêtent pas !
Toute la zone sous l’emprise d’amphétamines ? C’est vraiment trop drôle, finalement, si ce n’était pas terrifiant…

2 commentaires:

  1. Le « fond barbare » de l’être humain ne demande qu’à resurgir, à transformer l’individu en « bête sanguinaire », si les « garde-fous » que constituent l’éducation, les lois morales et éthiques sautent les unes après les autres.
    On l’a vu tant de fois dans l’Histoire ; récemment chez les Nazis.
    Les « Fous d’Allah » ne sont qu’une nouvelle apparition de la bestialité la plus sauvage qui sommeille chez tant d’êtres humains.

    Comment s’en prémunir ?...
    Pour Daech, mis à part la force, il n’y a vraiment pas grand-chose à faire sachant, qu’en plus, les combattants perdent la raison, la mesure d’eux-mêmes et de leurs actions en se gavant d’amphétamines.

    Les Américains sont franchement réticents à intervenir en envoyant des troupes au sol. Il faut dire que cela a déjà été fait en 2003 !... Avec quels résultats ?... Ils ont oublié le principal : former les jeunes sur des bases laïques !... J’en reviens à mon projet de grands voiliers-écoles, encore et toujours…

    L’échec de la politique américaine est flagrant et on comprend les réticences de « Baraque » : « Il y a une leçon qu'il est important de tirer de ce qui est arrivé, c'est que si les Irakiens eux-mêmes ne sont pas disposés ou capables d'arriver à des compromis politiques nécessaires pour gouverner, si ils ne sont pas prêts à se battre pour la sécurité de leur pays, nous ne pouvons pas le faire pour eux ».

    Alors, passer à la vitesse supérieure ?...
    Oui, mais comment ?...
    Mis à part envoyer une coalition internationale composée d’Occidentaux, de Russes et de Chinois, je ne vois pas… Et à la condition impérative de créer d’importants programmes de formation des jeunes !...

    Mais quand je vois que mon projet Euroclippers n’a jamais été retenu par le Gouvernement (pour manque d’argent ?...) alors qu’une partie de nos banlieues sont des « zones de non-droit » et que les dirigeants tolèrent très bien que « Mythe-Errant » ait pu dérober les « Milliards de la Division Daguet » (Tiens ?... Déjà l’Irak ?...), on peut se demander si une solution humaine et acceptable pourra être trouvée pour l’Irak et La Syrie.

    Parce qu’en plus c’est une époque où les GUERRES DE RELIGION embrasent le Proche et le Moyen-Orient.
    Alors, les grands voiliers et la formation humaine…

    La Captagon n’est qu’un des éléments de la situation catastrophique au Proche-Orient.

    Comment tenir ces pays ?...
    Pour occuper une zone de guerre il faut UN SOLDAT POUR QUINZE HABITANTS !...
    Les populations concernées sont de : 62 millions de personnes réparties comme suit :
    Syrie : 23 millions
    Irak : 33 millions
    Jordanie : 6 millions

    Il faudrait QUATRE MILLIONS DE SOLDATS pour tenir ces trois pays !...
    L’effort serait considérable et demanderait une coalition planétaire.

    Y sommes-nous prêts ?...

    « L’Ami-Râle »

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les israéliens ont peut-être une solution qu'ils semblent expérimenter au Yémen : La bombe à neutrons !
      Au moins une a été larguée sur des installations militaires avec des F16 repeints aux couleurs de l'Arabie Saoudite !
      Par ailleurs, 2 F16 pilotés par des "arabophones" des forces spéciales, peut-on supposer, ont été abattus au-dessus du même pays.

      La guerre avance et redouble de cruauté dans cette région du monde.
      Et il est certain qu'à part l'Etat Hébreu, personne n'a envie d'aller occuper des territoires aux mains de cinglés bourrés d'amphétamines à qui rien ne fait peur quand ils sont "chargés".
      C'est pas humain.
      Alors, ils en viennent à utiliser des munitions "pas humaines".

      Dramatique !
      Que vont en dire nos gamins ?

      Et qu'en disent vos "(f)Ummistes" ?
      Rien et ils n'ont même pas vu venir le problème jusqu'à ce niveau-là.

      Quant à nous, n'est-ce pas, on est consciencieusement prié de rester dans l'ignorance et de rester "moutons bêlants" ou de prier de se taire...
      Affligeant !

      Tout ça pour quelques (milliards) de dollar de plus ?
      Un vrai crime contre l'humanité que je vous en dis...

      Bonne journée !

      I-Cube

      Supprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube