Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

dimanche 29 janvier 2017

Nouvelles du cosmos !


2017 AG13, Gliese 710 et KIC 9832227

Et non : Aucune livraison nouvelle des « histoire d’en rire » des Kameulfs. Je ne sais pas ce qu’ils foutent en ce moment… Ce n’est quand même pas ni la vague de froid, ni le « Brexit », ni l’élection de « McDonald-Trompe » qui les empêchent de venir nous livrer incognito quelques exemplaires de la « Gazette de la Galaxie » !
D’où je vous extraie (avec le logiciel de traduction/adaptation mis au point par Jean-Marc) quelques « histoires d’en rire »…
En revanche, il s’est passé des choses dans notre environnement spatial immédiat – et plus lointain.

Certes, « l’exploit » de notre spationaute-national reste dans les mémoires alors qu’il a fait une récente sortie ultra-médiatisée autour de l’ISS. Bon, il faut relativiser : Ce n’est pas le premier « Gauloisien » invité à faire des cabrioles dans le vide sidéral.
Mais le quatrième…
Sa sortie n’est pas non plus extraordinaire d’un point de vue technique : Tout juste changer une batterie du bord. Ok, elle était grosse comme un frigo, mais rappelez-vous qu’en « microgravité », rien ne pèse, puisqu’il vaut mieux parler de « masse » (et non pas de poids) qui génère en revanche des effets d’inertie qui passent inaperçus quand je bouge mes meubles dans mon chez-moi-à-moi…
Non, l’exploit, c’est qu’il soit resté 6 heures sans pouvoir ni pisser ni se moucher…
Ça, en ce moment avec ma sinusite dont je ne parviens pas à me séparer, je ne saurai faire, c’est certain.
Mais il n’y a pas que ça…

D’abord, les scientifiques ont annoncé qu’un astéroïde découvert le 7 janvier dernier venait de passer à proximité de notre planète. Nommé « 2017 AG13 », le corps présenterait un diamètre compris entre 11 et 34 mètres.
Deux jours après sa découverte, l’astéroïde « frôlait » la planète.
L'approche a eu lieu le 9 janvier à 12H47 GMT. Et d’après les calculs, 2017 AG13 s’est approché à quelque 208.000 kilomètres de la Terre à une vitesse vertigineuse de 16 kilomètres par seconde. À titre de comparaison, la distance qui sépare notre planète de la Lune s'élève à 385.000 kilomètres.
Et personne ne s’est inquiété…
« Il se déplace très vite et très près de nous », a commenté durant un direct sur internet, Eric Feldman astronome de Slooh.com.
Pour l’instant, on sait que l’astéroïde affiche une orbite très elliptique qui croise celle de deux planètes, Vénus et la Terre. Au total, 2017 AG13 met environ 347 jours terrestres à faire le tour du Soleil, s’approchant de l’astre diurne à une distance minimale de 80 millions de kilomètres et s’éloignant à une distance maximale de 200 millions de kilomètres. 

Entre 11 et 34 mètres, c’est relativement petit pour un astéroïde mais c’est comparable à l’objet qui a explosé dans le ciel de Tcheliabinsk en février 2013 en faisant des centaines de blessés et d’importants dommages. Son diamètre était estimé à environ 20 mètres. 
Les survols inattendus comme celui que vient de réaliser 2017 AG13 ne sont pas si rares. On estime que des millions d’astéroïdes passent dans le voisinage de la Terre et les astronomes n’ont détecté que 15.000 d’entre eux. Toutefois, la majorité des plus gros auraient déjà été détectés et ne poseraient pas de risque majeur pour notre planète, affirme la NASA.
Pour les plus petits, en revanche, la tâche est plus complexe. En 2013, seuls 30 % des objets géo-croiseurs de 160 mètres et plus étaient identifiés. Le chiffre passe à moins de 1 % si l’on considère les objets de moins de 30 mètres. Or, l’accident de Tcheliabinsk a démontré que de tels corps spatiaux n’étaient pas sans danger.
2017 AG13 ne reviendra pas dans notre voisinage avant décembre 2017 puis 2028.
Mais il n’y a pas que ça…

L’étoile Gliese 710 se dirige droit sur notre système solaire !
Si l’humanité est encore là dans 1,35 million d’années, elle pourrait là faire face à un plus gros problème.
Dans ce futur lointain, cette naine orange, passera tout près de notre système solaire. Avec dans son sillage, une nuée de comètes. Et selon une nouvelle étude parue dans Astronomy & Astrophysics, elle devrait passer bien plus près de nous que prévu.

Pour le moment, Gliese 710, qui est environ 2 fois plus petite que notre Soleil, est à 64 années-lumière de la Terre. Selon les nouveaux calculs établis par les astronomes Filip Berski et Piotr A. Dybczynski de l’université Adam Mickiewicz en Pologne, elle se trouvera, à son point le plus proche, à 77 jours-lumière de nous. Soit environ 13.365 unités astronomiques (une UA, c’est une fois la distance Terre-Soleil).
Jusqu’ici, les scientifiques pensaient qu’elle passerait cinq fois plus loin.
Si la distance peut paraître immense, astronomiquement parlant c’est la porte à côté, sur le même palier.
Surtout, Gliese 710 va traverser le nuage d’Oort, notre « bouclier » de comètes qui entoure le système solaire et qui se trouve entre 5.000 et 100.000 UA de la planète-bleue. Dans son périple, l’étoile solitaire risque fort de les perturber et d’en entraîner dans son sillage, voire d’en projeter dans notre direction.

« Gliese 710 va déclencher une pluie de comètes (visibles à l’œil nu) dans les parages de la Terre d’une densité d’environ 10 comètes par an pendant trois à quatre millions d’années », indiquent les deux scientifiques dans leur étude.
« Selon nos calculs, Gliese 710 devrait être l’étoile qui aura le plus d’impact sur le nuage d’Oort ces 10 millions d’années à venir. Il n’y a pas eu, depuis des millions d’années, d’objet aussi important à proximité du soleil. »
Outre la pluie cométaire, les scientifiques n’ont pas encore déterminé avec précision l’impact que Gliese 710 aura sur l’ensemble du système solaire. Ce qui est sûr, c'est qu’une fois à 77 jours-lumière de la Terre, elle brillera autant que Mars dans le ciel terrestre.
Ceci dit, aucun UMMO n’a jamais parlé de ça dans leurs lettres aux terriens, ce qui est quand même curieux…
Je comprends un peu mieux pourquoi toutes les autres civilisations-avancées de la galaxie se moquent éperdument des Ummos…
Mais ce n’est pas tout…

L’astronome américain Larry Molnar, lors du 229ème congrès de l’American Astronomical Society, avec son équipe du Calvin College (Michigan) suit de très près, depuis 2013, l’évolution d’une étoile bien particulière, appelée KIC 9832227.
Invisible à l’œil nu, cet astre est situé à quelque 1.800 années-lumière de nous dans la constellation du Cygne.
Derrière le nom unique de KIC 9832227, il y a en réalité deux étoiles.
Comme le rappelle Sylvain Chaty, professeur d’astrophysique à l’université Paris-Diderot, « plus des trois quarts des étoiles vivent en couple ».
Moi aussi, d’ailleurs… 

Mais KIC 9832227 a ceci de particulier qu’il s’agit de ce que l’on pourrait appeler un couple fusionnel… Les astronomes préfèrent l’expression de « binaire à contact ».
Certes, c’est moins romantique, mais ça fait plus sérieux.
Personnellement, j’aurai préféré l’expression « couple-coïtant », voire en situation de « coïtus-ininterrompus »  c’est plus évocateur !
Pour comprendre il faut imaginer « deux étoiles qui naissent l’une à côté de l’autre dans une nébuleuse. La plus massive aura une évolution plus rapide et finira par atteindre le stade de géante rouge au cours duquel elle grossira énormément, au point que son enveloppe d’hydrogène englobera l’étoile voisine. »
À ce stade, les deux astres disposent d’une enveloppe commune, un peu comme on trouve deux graines dans une seule coque allongée de cacahuète. En étant prise dans cette enveloppe, la plus petite des deux étoiles « subit des frottements et elle est freinée, du coup les deux étoiles se rapprochent l’une de l’autre. Cela peut faire décroître la période orbitale d’un facteur 100. » 

Et effectivement, les deux composantes de KIC 9832227 ont une période orbitale de seulement 11 heures aujourd’hui. Les chercheurs ont récupéré de nombreuses données concernant cette binaire dans différents programmes de surveillance astronomique du ciel – Northern Sky Variability Survey, All Sky Automated Survey, Wide Angle Search for Planets, télescope spatial Kepler – et ils l’ont eux-mêmes suivie pendant plus de trois ans. Au total, ce sont des dizaines de milliers de données qui ont été compilées, courant sur une période allant d’avril 1999 à septembre 2016. Et les astronomes se sont aperçus que la période orbitale décroissait.
Les deux étoiles continuent donc de se rapprocher l’une de l’autre…
Et en se basant sur le modèle d’une autre binaire « à contact », V1309 Sco, dont la fusion a été détectée en 2008, les auteurs de l’étude estiment que la fusion de KIC 9832227 est sur le point d’être à son tour visible.
Chouette, une nouvelle étoile va apparaître dans le ciel !
Comme il y a environ 2.000 ans dans le ciel de Judée ?

En effet, si leurs calculs sont exacts, le spectacle commencera en mars 2022 (avec tout de même une barre d’erreur de plus ou moins sept mois…).
À ce moment-là, une nouvelle étoile – une nova, disent les astronomes – devrait apparaître dans la constellation du Cygne. Actuellement invisible à l’œil nu, KIC 9832227 pourrait devenir aussi brillante pour nous que l’étoile Polaire !
La fusion crée en effet des chocs entre différentes couches de matière et, en fonction de la masse des étoiles et de la dynamique du processus, une bonne partie de la matière est susceptible d’être éjectée du système dans un véritable feu d’artifice.
La nova pourrait être visible pendant des semaines voire des mois.

Il faut toutefois prendre cette étude avec quelques précautions : Si l’on met de côté le fait qu’elle n’ait pas encore été officiellement publiée et que les chercheurs y fassent référence à leurs propres travaux de 2015, non publiés eux aussi, leur prédiction apparaît un tantinet risquée, faut-il prévenir.
« L’évolution qu’ils prévoient est uniquement basée sur l’évolution de la période orbitale. Or, le processus dépend quand même aussi beaucoup de l’évolution au sein-même des étoiles : Il y a des échanges de matière entre elles qui perturbent leur intérieur et le rythme auquel elles transforment leur hydrogène en hélium. »
Fonder une extrapolation à partir de ce qui est arrivé à l’étoile V1309 Sco est un peu hasardeux, même s’« ils se mouillent ! » 

Rendez-vous dans cinq ans pour vérifier s’ils ont été gonflés ou visionnaires.
Personnellement, je n’y serai plus, mais avouez que 2022 étant une année électorale présidentielle et législative en « Gauloisie-dogmatique », la personne qui se fera élire au même moment pourra dire que son quinquennat débute sous une « bonne étoile » !
Vraiment trop drôle, finalement.

Bonne journée à toutes et à tous !

I3

6 commentaires:

  1. Les Kameulfs ont dû avoir un problème en empruntant une « porte de IDRSS », des mégastructures de plusieurs kilomètres-cube bourrées d’antimatière et qui « tordent » l’espace et le temps !...
    Pas d’autres explications !...

    La sortie en orbite de notre cosmonaute-national nous rappelle que le voyage spatial, même aussi proche, est loin d’être une promenade.
    Ce sont nos « premiers petits-pas » dans l’espace.... Qu’est-ce que ce sera si nous voyageons dans l’avenir dans la Galaxie et dans le temps !... A peine imaginable…

    Pour l’instant, il faudrait lever les yeux au ciel et s’occuper des astéroïdes qui croisent régulièrement l’orbite terrestre.
    Un vrai défi qui devrait occuper les générations futures.
    Ce serait peut-être plus intelligent qu’une course aux armements.

    Dans un million d’années, et même bien avant, nous devrions avoir mis au point un système de protection totale de la planète notamment contre les comètes qui sont décrochés du nuage de Ort lors du passage rapproché d’une étoile.
    Et les comme les comètes viennent d’une façon imprévisible, il faudra un système performant qui ne sera pas limité à l’écliptique.
    Du travail pour nos descendants…

    Et puis les novas expulsent de la matière en grande quantité et à grande vitesse et qui est capable de déstabiliser elles aussi les corps du nuage de Ort.
    Une menace à prendre au sérieux.

    Les astronomes ont répertorié six catastrophes cosmiques qui mettraient la vie en danger sur Terre :
    1/ Eruption solaire de très haute énergie ;
    2/ Impact d’astéroïde ;
    3/ Expansion du soleil (on a le temps) ;
    4/ Bouffée de rayon gamma causée par une étoile binaire ou une supernova ;
    5/ Super nova proche, mais il faut qu’elle soit à 50 années-lumière maximum (il n’y en a pas) ;
    6/ Une étoile qui travers le nuage de Oort, comme Gliese 710.

    C’est curieux que la vie ait réussi à se développer sur Terre avec tous ces risques et à faire des bipèdes comme nous…

    Bien à vous !...

    Haddock

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hein, que c'est curieux en effet...

      D'autant que je vous rappelle que notre "petit-système-solaire" date d'à peine 4,5 milliards d'année, alors que la galaxie est trois fois plus vieille !
      Eh oh ! Elle était où la matière dont nous sommes faits ?

      On ne répondra pas ce soir,
      alors bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
    2. « Elle était où la matière dont nous sommes faits ? ».
      Mais elle vient du cœur des étoiles et des novas qui ont ensemencé l’espace avec leur atomes…
      Tout simplement…

      Bien à vous !..

      Haddock

      Supprimer
    3. Mais ça je sais !
      Alors je repose la question : Vectoriellement, dans un espace en 3D, 4 avec la flèche du temps, elles étaient où ces étoiles-là ?

      J'entends que si la théorie de l'inflation convient parfaitement aux chercheurs et théoriciens (à défaut d'autre chose), elle contredit totalement les règles et lois de la relativité générale.
      Et là, ça ne ME convient plus.
      Il y a une autre explication à fournir et personne ne la cherche.
      Et à mon sens, la solution est dans la théorie des quantas qui n'est pas encore complètement ... complétée !
      Notez, que c'est la théorie du tout, mais justement on n'y est pas !

      En fait il faudrait intégrer le fait que la flèche du temps peut varier, localement peut-être, voire s'inverser, mais en globalité plus certainement.
      D'autant qu'on en a déjà des signes avec les particules intriquées.
      Pour le moment, on explique ces phénomènes extraordinaires avec la théorie des quantas : OK !
      Mais il faut aller plus loin et je n'en suis pas capable à moi tout seul !

      D'où le canular (f)Ummiste : Y'a rien dedans !
      Une fois de plus.

      (Et en qualité de "Kameulf" qui aurait pour mission de faire évoluer l'espèce humaine, j'ai loupé ma mission sur ce point : manque de temps !
      Car là aussi, j'(aimerai bien qu'on m'explique la finitude de la vie : Y'a aucune raison, hors la "logistique", pour que la vie ne se prolonge pas durant des siècle et des siècles...)
      Et si je ne suis pas un Kameulf réincarné, j'aimerais aussi savoir pour quelle raison mon "ange gardien" me prolonge avec constance et me fait vous poser de telles question.
      Et s'il vous plaît, ne me répondez pas que c'est "religieux" : Ce serait de l'obscurantisme ! Ca ne résisterait pas une seconde à l'analyse cartésienne...
      D'ailleurs, pourquoi Descartes et sa "méthode" ? Et dans le même genre, pour quelle raison les religions "du livre" (et leurs déviances) ?
      Il y aurait comme une nécessité non-révélée, là !

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
    4. Je vois plutôt une solution dans la théorie des supercordes où chaque particule est la manifestation d’une vibration particulière d’une corde dans un espace à onze dimensions, dont au moins une est une dimension temporelle enroulée.
      La mécanique quantique expliquant le fonctionnement globale dans cet Univers.

      On retrouve cette idée du côté des (f)ummistes avec leur théorie des IBOZOO UU.

      Je vois l’Univers comme cela, même si je serais incapable d’un quelconque développement mathématique.
      Et tout est encore à développer : la théorie des supercordes, la théorie des quantas, la rotation anormale des galaxies, mais aussi l’expansion de l’Univers et la matière noire que les astronomes cherchent toujours et sont incapables d’expliquer.

      D’ailleurs, lorsque j’imagine notre Galaxie je suis capable de visualiser une multitude de trajets entre des étoiles faits par des civilisations qui remontent le temps pour voyager. J’étais vraiment sec lorsque je ne prenais pas en compte la possibilité du voyage temporel.
      Par contre, que permettent de plus les "tunels de IDRSS" si ce n’est d’aller plus vite que la "méthode classique" de torsion de l’espace et du temps entre les étoiles ?...

      Quant à l’inversion de la flèche du temps dans notre Univers, c’est un concept nouveau, au moins pour moi : A quel moment du développement de l’Univers, pendant combien de temps, sur quels volume ?...
      Des questions sans réponse, pour l’instant.

      Vous seriez un "Kameulf" qui aurait pour mission de faire évoluer l'espèce humaine ?...
      Alors bienvenu sur ma planète !...

      On a besoin de vous, pour nous apporter de nouveaux paradigmes qui permettront de comprendre bien mieux notre Univers, mais aussi pour faire évoluer l’espèce humaine au moins en l’informant sur le fonctionnement de nos sociétés et en faisant des remarques constructrices sur les dysfonctionnement comportementaux des bipèdes primitifs que nous sommes.

      Nous sommes dans une impasse technologique avec l’épuisement des ressources. Comment faire dans 300 ans lorsque tout le phosphore aura été épuisé et la vie devenue impossible ?...
      Quelles solutions technologiques pour créer des atomes ?...
      Faudra-t-il un « coup de main » galactique ?...

      Et puis, vous avez vous-même peut-être des siècles et votre civilisation des millions d’années d’existence !... Dans ce cas-là, nous ne pouvons qu’à peine comprendre vos moyens technologiques.
      Vivre aussi longtemps… mais pour quoi faire si ce n’est améliorer, aider, aux développements des planètes primitives ?...
      Mis à part un but philosophique, humain, il n’y a pas d’explication.

      Et si vous n’êtes pas un "Kameulf", pourquoi vous prolonger avec constance ?...
      Vraisemblablement pour la même raison que les médecins prolongent un « Haddock cancéreux » et mal en point.
      Juste l’attachement à la vie, mais aussi la possibilité de continuer à apporter un peu plus aux autres pour qu’ils s’enrichissent…
      Enfin, on peut espérer…

      Le parcours de notre développement est long, laborieux, et il aura fallu la religion du livre, la philosophie grecque, le Discours de la méthode, pour avancer.
      Alors le hasard et la nécessité… ou bien un travail de « mains invisibles » depuis des millénaires ?...

      Bien à vous !...

      Haddock

      Supprimer
  2. @ "L'Ami-Râle-Haddock"...

    De plus en plus, je perçois l'inéluctabilité de ces "mains invisibles"...
    Nous en avons discuté par ailleurs, le concept n'a pas la qualité "religieuse" : Nulle trace nulle part dans les cultures théocratiques, aussi loin qu'on remonte dans le temps, hors Platon qui émet l'hypothèse, mais sans plus approfondir : Il s'en remet aux dieux grecs, ce qui est naturel à son époque.
    Et ensuite, plus rien dans l'histoire de la pensée, notamment après le passage du Christ sur la planète.

    Vous et moi nous savons tous les deux que le monde des esprits restent présent et parfois se manifeste. Mais ce ne sont pas les "mains invisibles", ce sont nos proches, ceux que nous portons dans nos cœurs qui se manifestent, et encore, c'est très difficile voire interdit pour eux : Ils ne doivent pas leur être permis d'avoir de prise sur la matière.

    Reste donc l'hypothèse "technologique" : C'est la plus riche dans la mesure où notre connaissance de l'univers reste pour le moins très parcellaire et que nous avons encore tout à découvrir. Notamment face à des civilisations bien antérieures comme celle de "Idrss", qui aurait existé dans le premier milliard de l'univers et disparu autour du 4ème ou 5ème pour des raisons inconnues.
    Que sera la civilisation humaine qui ne compte qu'une poignée de millions d'années ?

    Les Kameulfs sont nettement plus anciens et probablement plus "avancés"... Et il y en a encore des centaines et des centaines qui parcourent l'immensité galactique. Et parfois nous visitent comme des curiosités, tels que nous qui allons dans un zoo ou la savane découvrir la vie des fauves et autres...
    Et ceci dit, la maîtrise de la flèche du temps est une "indispensabilité" pour faire ce genre de voyage : Il n'y a que mes "On" qui semblent pouvoir s'en passer - mais je n'ai pas approfondi, tellement ils me perturbaient "mes antennes".

    Alors, si je suis "Kameulf", ma mission s'achève d'autant qu'elle n'était pas très ambitieuse.
    Si je suis Corsu, j'ai encore un peu de boulot, parce que la corruption généralisée qui gangrène la planète est, reste et devient de plus insupportable et particulièrement coûtative.

    Et êu importe que les cordes puissent où non s'enrouler sur leur 11 dimensions, d'autant qu'à mon sens il y en aurait 25.
    Mais bon, on ne va pas polémiquer sur ce sujet.

    Bien à vous !

    I-Cube

    RépondreSupprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube